.Riddle's Revival.
Bienvenue sur Riddle Revival !

Connecte toi vite pour jouer dans l'univers d'Harry Potter et incarner un sorcier. Encore reste-t-il à savoir de quel côté tu te situes? Qui aideras tu ? Le Bien... ou la Facilité?

.Riddle's Revival.


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Need to talk. [Liam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Messages : 58
Age du Perso : 16 ans
Maison : Poufsouffle
Année : 6ème année
Animal de compagnie : Max & Steve !


Plus...
Relations amicales et neutres:
Relations hostiles:

MessageSujet: Need to talk. [Liam]   Lun 24 Aoû - 15:59

One. Question.


    Vagabonder, quelle belle occupation. Lors d'une après midi au calme, Caliope n'avait pas grand chose à faire. Les devoirs qu'elle devait rendre pour le lendemain était beaucoup trop ennuyeux, et à vrai dire, se prélasser était beaucoup plus important. Manque de sérieux et de rigueur ? Certainement. Mais néanmoins beaucoup plus amusant que le reste ! Ainsi, elle pouvait vaguer à ses occupations favorites. Faire un tour dans le parc, prendre l'air et s'apercevoir que sa mine devient plus bronzée. S'installer dans un fauteuil, dormir, ronfler et baver. Trainer avec des amis, tout ça, quoi. Mais aujourd'hui, même avec le champ libre, elle ne trouvait pas de chose à faire. Quelque chose la tracassait. Elle ne savait pas quoi, et cela la tracassait encore plus. Un seul remède était alors possible. Elle se situait dans le hall quand l'idée magique de foncer au premier étage lui parvint entre deux neurones. La connexion cerveau muscle ne se fit pas attendre, et d'un bon elle courut à toute jambe emprunter les escaliers pour rejoindre le bureau du professeur Taylor.

    Ce professeur avait un je ne sais quoi de particulier. Il était gentil et amusant, et Caliope bavarde comme elle était adorait papoter avec le professeur de Quidditch. Elle regarda sa montre avant de taper à la porte du bureau. 15:47, une bonne heure pour ne pas faire cours ! Dans le doute, elle jeta un coup d'œil par le vitrail du couloir. Elle avait une vue imprenable sur le terrain de Quidditch, qui fort heureusement était vide d'élèves, et de professeur par la même occasion. Elle revint alors devant le bureau, et frappa un bon coup, gaiement, par 7 petits martèlements mélodieux contre la porte de bois rêche. Le professeur eut un petit temps de réaction avant de venir ouvrir la porte. Aussitôt que le bois laissa apercevoir la tête de Liam Taylor, Caliope afficha son plus beau sourire, et ne se fit pas prier pour rentrer.

    « Professeur ! Je suis contente de vous voir ! » dit elle en fonçant dans la pièce sans même y être invitée. Elle se posta sur le rebord d'une fenêtre pour s'assoir et regarda les recoins du bureau. Le professeur semblait un peu interloqué de l'arrivée en trombe de la demoiselle, mais elle n'y prêta pas attention. En fait, elle ne tenait pas en place. Elle s'asseyait, mais se redressait et faisait les cent pas, puis se rasseyait pour se calmer. Cette mascarade continua plusieurs seconde, jusqu'à ce qu'elle se décide de s'assoir et de rester bien assise sur la fenêtre. Elle se sentait à l'aise dans la pièce, mais elle était turlupiné et ne savait pas comment aborder le sujet. Elle regarda le professeur enfin, souriante mais d'un sourire pitoyable. Il devait penser qu'elle était un peu timbrée. Ce qui n'était pas faux, mais tout de même...

    « Je... » commença-t-elle, avant de regarder ses pieds. « Je suis un peu... comment dire ça ? Y'a un truc qui cloche mais je ne sais pas quoi. Alors je me suis dit qu'il fallait parler, et vous m'aviez dit que... si j'en avais besoin vous étiez là. Alors... me voilà. » Elle reprit ce même sourire pitoyable. Le professeur avait en effet était très courtois en vers elle, et elle le considérait maintenant comme un confident. Elle trouvait ses conseils utiles, et malgré sa jeunesse, il émanait une sorte de sagesse. Était-il une sorte de psychologue pour elle ? Peut-être. L'aiderait-il à élucider le problème inconnu qui lui trottait dans la tête ?

    « Je ne vous dérange pas au moins ? » demanda-t-elle dans une prise de conscience soudaine, après s'être revue, dans sa tête, entrer comme un voyou dans la pièce.

_________________

« Les gens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux... » Alphonse Allais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Professeur de Quidditch

Messages : 100
Age du Perso : 32 ans
Baguette : 28.3 cm ; bois d'ébène, plume d'hypogriffe
Emploi/Fonction : Professeur de Quidditch
Animal de compagnie : aucun


Plus...
Relations amicales et neutres:
Relations hostiles:

MessageSujet: Re: Need to talk. [Liam]   Lun 24 Aoû - 18:51

So Much Questions...


    La journée déjà bien avancée s'annonçait agréable. Du moins au niveau météo. Parce qu'au niveau moral, depuis quelques temps, ce n'était plus vraiment ça pour le professeur de Quidditch. Oh bien sûr, peu de personnes le remarquaient, autour de Liam, car le jeune professeur ne montrait que rarement ses faiblesses et pourtant, en cette belle journée ensoleillée, seul, assis derrière son bureau, les coudes appuyés sur la table, la tête entre les mains, c'étaient des larmes qui ruisselaient sur ses joues. Par moment, un sanglot lui échappait, à travers deux hoquets, deux respirations retenues, pour ne pas qu'on l'entende, qu'on le remarque...

    Et s'il s'arrêtait de respirer, là, maintenant, s'il se forçait à tenir, et qu'il se laissait aller petit à petit à une mort lente et douloureuse ? Qui le remarquerait ? Qui s'en soucierai ?

    On toqua une fois à la porte. Liam sursauta, sécha ses larmes et s'essuya les yeux pour masquer toutes traces de ses idées noires. Mais personne n'entra dans le bureau. Il se leva, rangea un papier qui trônait devant lui sur le bureau, dans un des tiroirs, à l'abri des regards. Il fit le tour du bureau, quand on toqua une série de coups plus insistants à la porte. Cette fois, il n'avait pas rêvé. Il prit une profonde inspiration, afficha le sourire que tout le monde lui connaissait et alla ouvrir. A peine eut-il ouvert le battant qu'une tempête châtain fit son entrée le bousculant presque.


    « Professeur ! Je suis contente de vous voir ! »

    Liam retint un rire. Caliope Solo. Une élève de Poufsouffle. La jeune fille était un peu étourdie, largement maladroite, et un brin folle, mais elle avait le mérite de faire sourire le jeune homme.


    -Bonjour, Caliope. Je suis content de te voir aussi mais...

    Il observa la jeune fille. Elle semblait agitée et ne tenait pas en place. Elle se levait, s'asseyait sur le rebord de la fenêtre, se relevait pour faire les cent pas et décida finalement de s'asseoir pour ne plus bouger. Ce manège qui dura quelques secondes suffit à donner le tournis à Liam. Il écarquilla les yeux en prenant une profonde inspiration et attendit que Caliope prenne la parole.

    « Je... Je suis un peu... comment dire ça ? Y'a un truc qui cloche mais je ne sais pas quoi. Alors je me suis dit qu'il fallait parler, et vous m'aviez dit que... si j'en avais besoin vous étiez là. Alors... me voilà. »

    Liam s'assit sur le bord de son bureau, les bras croisés sur le torse et regarda par la fenêtre avant de répondre.

    « Je ne vous dérange pas au moins ? » Demanda la jeune fille, prenant soudain conscience de son agitation passagère. Liam sourit de nouveau, étouffa un petit rire, et répondit.

    -Je t'ai promis que tu pouvais venir me parler à n'importe quel moment, dès que que tu en aurai besoin, je tiens mes promesses. Tu ne me dérange pas, j'étais juste en train de... rien d'important. Enfin bref, je veux bien t'aider, hélas, je ne pourrai pas faire grand-chose si déjà toi tu ignores les raisons de ton trouble. Tout va bien ici, les cours, tes amis ? Tu as des nouvelles de ta famille ? Tu as peut-être juste besoin de sortir prendre un peu l'air ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 58
Age du Perso : 16 ans
Maison : Poufsouffle
Année : 6ème année
Animal de compagnie : Max & Steve !


Plus...
Relations amicales et neutres:
Relations hostiles:

MessageSujet: Re: Need to talk. [Liam]   Lun 24 Aoû - 20:17

    Dans son agitation et son incertitude, la jeune fille n'avait pas eu le temps de remarquer le mal être même de son professeur. On pouvait lire encore sur son visage une trace de quelque chose qui n'allait pas. Bien sûr, on ne pouvait pas deviner qu'il avait pleuré, mais les yeux légèrement luisant laissait croire à Caliope qu'il venait tout juste de se réveiller. Elle n'était pas très perspicace, un peu délurée et avec un brin d'égocentrisme en ce moment même. Le professeur semblait tout de même ravie de voir sa petite élève rentrer comme une furie dans son bureau. Si elle le savait triste, elle aurait été ravi de le voir sourire comme cela. Et surtout fière de savoir qu'une once de folie dans sa routine lui remontait le moral. Mais au lieu de ça, elle pensait qu'elle était simplement risible, et qu'il se fichait d'elle tout simplement. Amicalement, bien sûr. Il se posa sur le bureau, l'air perplexe. Il répondit passagère. « Je t'ai promis que tu pouvais venir me parler à n'importe quel moment, dès que que tu en aurai besoin, je tiens mes promesses. Tu ne me dérange pas, j'étais juste en train de... rien d'important. Enfin bref, je veux bien t'aider, hélas, je ne pourrai pas faire grand-chose si déjà toi tu ignores les raisons de ton trouble. Tout va bien ici, les cours, tes amis ? Tu as des nouvelles de ta famille ? Tu as peut-être juste besoin de sortir prendre un peu l'air ? »

    Sur cette phrase en suspens, Caliope réfléchit ardemment. Elle se gratta le front doucement, en posant une main sur ses hanches. C'était un peu comme si on lui faisait un jeu de devinette ! Parmi ces propositions, quelles sont les solutions au mal être et à l'incompréhension de Caliope ? L'école ? Les amis ? La famille ? Mais tout cela semblait bien trop banal pour la perturber. Elle était insouciante, et un petit problème scolaire, amical ou familial ne la bilait pas autant que ça. Elle leva les yeux vers le professeur, laissa retomber ses bras le long de son corps et haussa des épaules. Elle ne trouvait là dedans rien en guise de réponse. Elle secoua les mains pour ponctuer ce qu'elle répondit au professeur.

    « Non, je dirais qu'il... qu'il y a un truc dans l'air qui me chiffonne. Comme une atmosphère étrange qui plane ici. Qui plane partout... Les gens sont bizarres. Comme si... ils étaient excédés par quelque chose. Un truc que je ne vois pas... Et tout le monde est comme ça ! » Insouciante, je vous l'avais dit. Elle ne comprenait en rien le fait que cette peur, qu'elle trouvait irrationnelle, grandissait au fil des jours. Au fil du temps, le mal reprenait son souffle et expirait sur l'Angleterre un vent de terreur. Caliope, elle, croyait à une plaisanterie et prenait les choses à la légère. Avec ses amis, elle ne parlait pas de ça, car eux aussi étaient tout aussi naïf. Elle croisait beaucoup de personne qui semblait sur la défensive, et d'autre qui semblait agir comme si leur jours étaient malheureusement comptés. Elle, elle agissait toujours comme à l'habitude. Les rumeurs sur les mangemorts étaient encore trop sourdes pour en croire un traître mot.

    « Dîtes moi que vous le sentez aussi, monsieur... » supplia-t-elle avec un petit rire. « Que je ne me retrouve pas seule à divaguer comme un professeur de Divination ! » Calmement, elle vint s'assoir à l'autre bout du bureau, et tendit les bras derrière elle, en fixant le bout de ses chaussures. Elle regarda la ciel, il s'assombrissait un peu plus chaque heure. Dehors, tout était calme et vraiment silencieux. Cette atmosphère pesante accentuait les questions de Caliope.

_________________

« Les gens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux... » Alphonse Allais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Professeur de Quidditch

Messages : 100
Age du Perso : 32 ans
Baguette : 28.3 cm ; bois d'ébène, plume d'hypogriffe
Emploi/Fonction : Professeur de Quidditch
Animal de compagnie : aucun


Plus...
Relations amicales et neutres:
Relations hostiles:

MessageSujet: Re: Need to talk. [Liam]   Lun 24 Aoû - 21:10

    Il n'avait pas le droit d'être triste, pas maintenant. Il n'avait pas le droit de penser ce qu'il avait pensé à peine quelques minutes plus tôt. Il n'avait pas le droit de se montrer faible. Au contraire, les autres avaient besoin de lui, en tout cas, en cet instant, Caliope avait besoin de lui. Il devait se montrer à la hauteur et lorsque la jeune fille se mit à réfléchir quelques minutes à la question que lui avait posé Liam, le professeur avait la réponse bien avant que l'élève l'ait elle-même. Liam perdit son air grave tout en observant Caliope.

    « Non, je dirais qu'il... qu'il y a un truc dans l'air qui me chiffonne. Comme une atmosphère étrange qui plane ici. Qui plane partout... Les gens sont bizarres. Comme si... ils étaient excédés par quelque chose. Un truc que je ne vois pas... Et tout le monde est comme ça ! »

    Trop jeunes. Ils étaient tous trop jeunes pour connaître à nouveau ça. La dernière fois c'était un gamin de 17 ans qui les avaient tous sauvé. Ce gamin aujourd'hui adulte, mari et père de famille était son supérieur. Et il était ravagé par les maux de ce monde. Trop tôt adulte. Trop tôt mature. Il ne souhaitait pas que l'histoire se répète et pourtant, c'était bien le cas, comme ça l'avait été, 10 ans plus tôt.

    "Dîtes moi que vous le sentez aussi, monsieur..." dit-elle avec un petit rire, un rire où la peur pouvait se lire aisément, un rire de supplique. « Que je ne me retrouve pas seule à divaguer comme un professeur de Divination ! »

    Liam eut un sourire amusé par cette dernière remarque. Si seulement... malheureusement, même Trelawney, aussi mauvaise divinatrice qu'elle ait été, avait prédit la tragique destiné de Voldemort et Potter...

    "Je ne peux pas dire le contraire non." Dit-il d'une voix grave, presque inaudible. "Tu ne dois pas avoir peur Caliope. Tu es protégée ici, tu ne crains rien." Il ignorait ce qu'il pouvait dire de plus. Il savait réconforter ses élèves sur les problèmes scolaires, le quidditch, leur relations amicales ou plus si affinités... mais tout ce qui concernait cette fichue guerre qui n'en finissait pas, les mots lui manquait. Lui-même était terrifié. Il était seul, dernier membre de sa famille. Une petite fille dans la nature dont il ignorait le visage, la voix...

    "Je ne sais pas... Je ne sais pas quoi te dire, Caliope. Je ne sais pas ce que j'ai le droit de te dire ou non. J'ignore si... tu es encore si jeune. Si innocente. Comme tous tes camarades..."

    En quoi cela pouvait l'avancer ? Il ne lui avait rien dit et pourtant il en avait déjà trop dit. Il avait révélé qu'il y avait bien quelque chose. Il avait révélé qu'il se passait quelque chose de malsain, de dangereux... pour elle, pour tous. Liam décroisa les bras, se redressa et alla se rasseoir dans son fauteuil, derrière son bureau. Il avait posa les doigts sur le bouton du tiroir qui renfermait son plus grand secret. Ce que tout le monde soupçonnait mais ignorait vraiment. Il fini par ouvrir le tiroir et en sortit la lettre, légèrement froissée désormais pour la poser sur le bureau. Étrangement, même si cette lettre lui arrachait le coeur, il avait besoin de lire les lettres couchées sur le papiers, les mots si difficiles et qui pourtant, le faisaient se sentir si vivant... D'une voix un peu moins assurée, un peu cassée, il reprit.

    "Oui, je le sens moi aussi. Je le sens. Et ça me terrifie... Tout... tout recommence... comme avant..." Lâcha-t-il dans un souffle, le regard humide lorsqu'il releva la tête vers son élève.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 58
Age du Perso : 16 ans
Maison : Poufsouffle
Année : 6ème année
Animal de compagnie : Max & Steve !


Plus...
Relations amicales et neutres:
Relations hostiles:

MessageSujet: Re: Need to talk. [Liam]   Lun 24 Aoû - 21:26

    « Je ne peux pas dire le contraire non. Tu ne dois pas avoir peur Caliope. Tu es protégée ici, tu ne crains rien.Je ne sais pas... Je ne sais pas quoi te dire, Caliope. Je ne sais pas ce que j'ai le droit de te dire ou non. J'ignore si... tu es encore si jeune. Si innocente. Comme tous tes camarades... Oui, je le sens moi aussi. Je le sens. Et ça me terrifie... Tout... tout recommence... comme avant... » annonça le professeur de but en blanc. Il avait la voix grave et sinistre. Elle se sentit tout à coup prise de panique. Comment un professeur qui semblait toujours si joyeux pouvait d'un seul coup retourner sa veste pour montrer une face aussi sombre ? Il semblait rongé par la tristesse des évènements que Caliope ne comprenait pas. Elle semblait choquée, et interloquée. Elle ne comprenait décidément plus rien. Elle venait voir son professeur pour obtenir de l'aide, et malgré tout, il agissait comme tout les autres. Le désespoir, voilà. Elle comprit envoyant la mine qu'il arborait. C'était le désespoir qui planait autour de Poudlard aujourd'hui. Elle se releva et se tint debout, à quelques centimètres du bureau. Elle était innocente, comme il l'avait dit. Elle était jeune, aussi. Comme tout ses camarades, mais ses camarades semblaient comprendre un peu plus. Que se passait-il donc pour que ce soit aussi dramatique ? Elle regarda sa montre, on n'était pas le 1er avril. Pas de blague en vue.

    Elle se rapprocha de quelques centimètres de son professeur. Elle le dévisagea complètement confuse. Elle n'était pas rassurée, ça se voyait. Mais elle essayait de faire passer ça à côté pour comprendre une bonne fois pour toute, pourquoi, depuis le début de l'année, tout le monde semblait si frappé par un truc indescriptible. Ses parents n'en parlaient même pas dans les lettres, ni quand elle les voyait. Alors qu'eux étaient nettement plus terre à terre que leur fille.

    « Vous aussi vous êtes bizarre aujourd'hui. » avoua-t-elle avec un air de gamine curieuse. « Pourquoi vous agissez tous comme ça ? Qu'est ce que c'est que cette foutue chose qui vous mine tous le moral ? Qu'est ce qui recommence, professeur ? » Sa voix semblait inquiète, à présent. Elle eut un léger mouvement de recul. Oui, l'inquiétude la gagnait, à voir un homme abattu par ce désespoir qu'installait la descendance de Voldemort. Au dehors, rien n'était encore sûr, tout le monde se demandait encore. Mais au dehors aussi, la chose maléfique qui grandissait était belle et bien existante. Le problème dans tout ça, c'est qu'une fois les choses mises à plat, Caliope ne saurait dire quel camp choisir. C'est la tout l'inconvénient d'une innocente et d'une naïveté abondante dans l'esprit d'une jeune fille, curieuse de tout connaître.

_________________

« Les gens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux... » Alphonse Allais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Professeur de Quidditch

Messages : 100
Age du Perso : 32 ans
Baguette : 28.3 cm ; bois d'ébène, plume d'hypogriffe
Emploi/Fonction : Professeur de Quidditch
Animal de compagnie : aucun


Plus...
Relations amicales et neutres:
Relations hostiles:

MessageSujet: Re: Need to talk. [Liam]   Mar 25 Aoû - 10:26

    Ses paroles n'avaient pas rassurée Caliope, loin de là. Et à vrai dire, ça n'avait pas été le but de Liam. Il fixait la jeune fille, et elle avait l'air effrayée. En l'écoutant, il avait l'impression qu'elle lui reprochait d'avoir tenu ce discours, de n'avoir rien dit de concret. Elle voulait des réponses à ses questions. Des réponses que malheureusement Liam n'était pas en mesure de lui donner. Pas tout du moins. Et pourtant c'était tout ce qu'il souhaitait. Il tenait toujours la lettre entre ses mains. Détachant son regard de celui de la jeune fille, il reposa la feuille sur le bureau, se leva et vint se placer face à Caliope. Il posa ses mains sur ses épaules en un geste amical et l'emmena vers un des fauteuils de la pièce où il la fit asseoir. Il s'assit lui-même sur un autre fauteuil, en face d'elle, l'air songeur.

    -Caliope... Muse de la grande éloquence... Tu portes bien ton nom..." Dit-il en guise d'introduction. Car il ne comptait pas s'arrêter là. Mais à vrai dire, il ignorait par quoi commencer. Il ferma les yeux une seconde, inspira profondément et les rouvrit, l'air plus serein, le visage détendu, un léger sourire au oin des lèvres, celui-là même qu'on lui connaissait, même s'il n'avait pas vraiment envie de sourire, car le moment ne s'y prêtait guère. Mais c'est ainsi que la jeune fille avait l'habitude de le voir. C'est le visage qu'il montrait au monde.

    -Je n'en sais pas beaucoup plus que toi, à vrai dire. Le Ministère filtre les informations, et nous le soupçonnons de ne plus être tout à fait... de notre côté..."

    Etait-il vraiment en train de lui raconter toute l'histoire ? Apparemment, oui. Si McGonagall et les autres vieux professeurs de Poudlard voulaient chouchouter la jeune génération, Liam savait que Harry avait un autre avis sur la question. Le danger cependant, était que des gamins un peu trop téméraires pourraient oser se lancer dans cette dangereuse aventures dont on ignore tous les tenants.

    -Le seigneur des ténèbres avait eu une fille. Elle a d'ailleurs étudié à Poudlard, un peu avant toi. Il ne l'aimait pas, pas plus que sa mère et la malheureuse à dû être... enfin, elle ne lui servait plus une fois la petite née. D'après ce que je sais, elle s'appelle Hope... Paradoxale, hein ? Peut-être pas pour elle. Enfin bref, Harry Potter l'a rencontré il n'y a pas très longtemps et... sa présence n'annonce rien de bon. Elle... elle a été formée pour poursuivre l'oeuvre de son père. Quand je t'ai dit tout à l'heure que tout recommence... Elle rassemble... elle a déjà rassemblé énormément de partisans. Et nous... l'Ordre du Phénix nous faisons de même. Malheureusement, les familles de confiance ont pour la plupart disparu, sont déjà de son côté à elle, ou bien ont peur et ne préfèrent pas se prononcer."

    Après cette longue tirade, Liam se tut. Pourtant, il avait encore tellement de choses à dire. Mais il avait peur d'effrayer encore plus Caliope. Cependant, désormais sur sa lancée, il ne pouvait plus faire marche arrière.

    -Je faisais partie d'une grande famille de sang-pur, comme les malefoy... A la différence près que mon père et mon grand-père ont toujours refusé de faire du mal à qui que ce soit, sorcier ou moldu. Le seigneur des ténèbres et ses mangemort leur en ont... NOUS en ont fait baver... Jusqu'à il n'y a pas très longtemps, six ans environs... Ils ont tué toute ma... famille."

    C'était la première fois qu'il en parlait, la première fois qu'il prononçait ces mots à haute voix... enfin d'une voix un peu cassée sur la fin. Toute l'école connaissait son histoire, pour les professeurs et les élèves qui étaient là depuis plusieurs années en tout cas. Elle n'était que trop banale dans les affres des méfaits de Voldemort et toute sa clique... L'avoir confié à une de ses élèves le fit se sentir mal à l'aise... et en même temps il se sentit soulagé d'un poids. Un peut tout du moins. Il se tut, s'adossa au fauteuil et observa la jeune fille, en attendant une réaction. Il espérait l'avoir un peu éclairé sur le pourquoi du comment, la raison pour laquelle tout le monde était sur le qui-vive depuis quelques temps, sans l'avoir trop effrayée pour autant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 58
Age du Perso : 16 ans
Maison : Poufsouffle
Année : 6ème année
Animal de compagnie : Max & Steve !


Plus...
Relations amicales et neutres:
Relations hostiles:

MessageSujet: Re: Need to talk. [Liam]   Mar 25 Aoû - 14:20

    Caliope se laissa assoir dans un des fauteuils du bureau de Liam. Elle le regarda poser une lettre sur le bureau qu'il tenait jusqu'ici fermement dans sa main. Elle qui ne l'avait pas encore remarqué s'interrogea d'avantage sur ce morceau de parchemin. Il commença à lui raconter toute l'histoire, mais un voile se posa sur ses yeux bruns, elle refusa inconsciemment d'entendre tout, privilégiant le mystère de la lettre. Elle captait cependant quelques bribes de phrases, sans se concentrer pleinement. Elle entendit le fait que cette Hope Riddle était de retour pour venger son père, mais elle pris plus cela à la rigolade. Lord Voldemort avait donc eut une fille, c'est plutôt étrange considérant le fait que cet être malfaisant était un monstre. Quoique, tout est possible, visiblement. Elle regardait patiemment le professeur lui débiter tout ce qu'il savait sur la situation. Elle compris à peu près, sans tout piger néanmoins, ce pourquoi tout le monde était affolé. Liam l'avait peut-être connu, cette fille. C'est étrange de savoir qu'on côtoie chaque jour des gens qui peuvent devenir complètement fou à lier. D'ailleurs elle apprit avec stupeur que Liam connaissait le grand Harry Potter. Le Survivant, l'Élu, et le Héros qui les avait délivré de Voldemort. Impressionnée, elle se hâta de reprendre le fil de la conversation pour écouter avec un peu plus d'attention qu'au début. Il fit une pause, de peur de continuer et de l'effrayer. Mais au contraire, ce qui luisait dans les yeux noisettes de la jeune fille se révélait être de la curiosité affamée. Elle était pendue à ses lèvres et attendait la suite avec impatience.

    « Je faisais partie d'une grande famille de sang-pur, comme les Malefoy... A la différence près que mon père et mon grand-père ont toujours refusé de faire du mal à qui que ce soit, sorcier ou moldu. Le seigneur des ténèbres et ses mangemort leur en ont... NOUS en ont fait baver... Jusqu'à il n'y a pas très longtemps, six ans environs... Ils ont tué toute ma... famille. » avoua-t-il enfin. Caliope sembla encore plus impressionnée. Une si belle famille, soudée dans la défense du bien avait été éliminée laissant Liam Taylor, seul. Elle vit une expression sur son visage qu'elle n'avait jamais vu auparavant. Son visage était comme torturé entre l'envie de sourire pour se montrer fort, et la tristesse qu'il refoulait depuis si longtemps. Il s'affala dans le fauteuil, en fixant Caliope qui soutint son regard. Elle essayait d'envoyer des ondes positives avec une sympathie infinie qui s'affichait sur son visage.

    « Je suis désolée, Professeur... »
    dit-elle à mi voix, abattue et à la fois respectueuse. Elle le sentait fier d'avoir une famille si combattive, et il en avait parfaitement le droit. Elle resta la dans son fauteuil et poursuivit après quelques secondes de silence. « Alors, tout va recommencer comme avant vous dîtes ? Cette fille n'est quand même pas si terrible... Je veux dire, on m'a parlé parfois de ce "Voldemort", et d'après ce que j'ai compris, il était le plus terrible de tout les mages noirs. Comment sa fille pourrait-elle l'égaler en fin de compte ? » Elle avait le regard creux, fixé sur la vitre. Elle semblait à l'Ouest, et ne se doutait pas que les forces qu'Hope Riddle collectaient, constituaient une arme de plus en plus puissante chaque minute. Elle n'avait pas vécu la guerre de Poudlard. Elle ne voyait pas à quoi ressemblait le monde au moment de son ascension, et au plus haut de sa gloire. Elle avait beau dire qu'elle avait "entendu que...", elle ne pouvait pas se le figurer dans sa tête. Quel avait été le but de Voldemort ? Qu'avait-il fait ? Avait-il vraiment beaucoup tué ? Et pourquoi ? Elle n'en savait rien. Une fois la paix rétabli, Caliope ne se préoccupait plus des temps sombres. Elle n'avait entendu que des rumeurs, sans se pencher sur la question.

    « Comment c'était... à l'époque ? »
    demanda-t-elle, en retournant son regard vers le professeur Taylor. Elle était prête à entendre les pires choses possibles, car de toute façon, elle ne pouvait pas se les figurer. Dans un autre monde, sur une autre planète, avec une illusion qui voilait sa vision nette des choses, Caliope ne se risquait pas à avoir peur des faits qu'elle apprendrait tôt ou tard. Ce ne serait qu'une connaissance de plus, comme lorsqu'on lui a appris à faire léviter un objet, ou à marcher. Rien de plus.

    Son regard se posa à nouveau sur la lettre, mais le professeur était déjà en train de parler. Elle lui poserait la question plus tard. Une question un peu trop personnelle, certes mais il semblait perturbé en ce jour. Il avait peut-être besoin d'en parler... Après tout, si il était là pour elle, pourquoi ne serait-elle pas là pour lui ?

_________________

« Les gens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux... » Alphonse Allais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Professeur de Quidditch

Messages : 100
Age du Perso : 32 ans
Baguette : 28.3 cm ; bois d'ébène, plume d'hypogriffe
Emploi/Fonction : Professeur de Quidditch
Animal de compagnie : aucun


Plus...
Relations amicales et neutres:
Relations hostiles:

MessageSujet: Re: Need to talk. [Liam]   Mar 25 Aoû - 21:18

    Liam observait la jeune fille. En apprenant la nouvelle du génocide de la famille Taylor, elle sembla compatir à la douleur de Liam.

    « Je suis désolée, Professeur... » Il lui donna un sourire contrit, résigné à son sort.

    « Alors, tout va recommencer comme avant, vous dîtes ? Cette fille n'est quand même pas si terrible... Je veux dire, on m'a parlé parfois de ce "Voldemort", et d'après ce que j'ai compris, il était le plus terrible de tout les mages noirs. Comment sa fille pourrait-elle l'égaler en fin de compte ? »

    La question n'était pas évidente et il est vrai qu'il est difficile de s'imaginer comment une jeune fille d'à peine 20 ans pouvait être aussi puissante, sinon plus que son géniteur, qui avait lui-même mit des années pour collecter tout son savoir, ses connaissances, ses pouvoirs. Son regard se perdit au loin au-dehors, par la fenêtre en des temps éloignés, passés... Et la question tomba. Une question que Liam aurait aimé ne pas aborder. Mais après tout, ils étaient déjà dans le vif du sujet. Ils avaient atteint le point de non retour.


    « Comment c'était... à l'époque ? »

    Liam changea de position, légèrement, et reprit. Au début, la jeune fille sembla absorbée par quelque chose, mais Liam n'y prêta que peu d'attention, car rapidement, elle revint et s'intéressa à ce qu'il disait.

    -C'est une longue histoire... C'était... différent. Pire... et mieux à la fois. Et puis tout dépend de quelle époque tu parles. Il y a tout ce qui s'est passé bien avant la naissance d'Harry Potter et tout ce qui vient après, dès son entrée à Poudlard... Je ne connais pas toute l'histoire bien sûr et il serai trop long de tout te raconter en une fois, aujourd'hui. Disons que Voldemort et ses partisans ont fait beaucoup de mal autour d'eux. Ils ont tué beaucoup de monde. Ils ont fait souffrir, juste pour le plaisir. Leur but ultime : la suppression pure et simple de tous les sang-mêlés, nés moldus et moldus. La suprématie des sang-pur... quand on sait que Voldemort même était un sang-mêlé ! Ça fait plutôt sourire. Mais c'est pathétique. Lorsque la nouvelle de son retour fut enfin prise au sérieux, j'avais déjà presque 20 ans, j'étais attrapeur dans l'équipe des frelons de wimbourne. C'était la meilleure période de ma vie. De très courte durée... Ma famille était sans cesse harcelée par les mangemorts pour qu'on rejoigne leur rang. Mon grand-père avait été tué avant la naissance de Potter, je n'étais encore qu'un enfant, et je ne garde que très peu de souvenir de lui, mais je me souviens de la tristesse de mon père à chaque fois qu'il abordait le sujet, pour m'expliquer pourquoi il refusait de rejoindre « Celui-Dont-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom »... régulièrement mes parents recevaient des lettres de menaces. Ils n'y prêtaient que peu d'importance et nous rassuraient, ma soeur et moi. On ne devait pas s'inquiéter. Ils se lasseraient... mais il ne se sont pas lassé. Enfin bref, ça c'était déjà après... A vrai dire, rien n'a vraiment changé et les années de bonheur ont été trop courtes. Personnellement, même si je montre une facette de moi heureuse, épanouie et insouciante... tout ceci n'est qu'une mascarade pour ne pas succomber à la folie. Et tout le monde fait comme moi, tu peux me croire. Même Harry, avec sa femme, ses enfants. Il continue de travailler, de faire bonne figure, faire comme si tout allait bien... mais intérieurement, il est rongé par le souvenirs de tous ceux qui sont morts pendant cette guerre... Et ce faux-semblant de tiendra pas bien longtemps.


    Liam se leva et alla se poster à la fenêtre où la clarté commençait à décliner, derrière le terrain de quidditch. Quelques nuages trainaient dans le ciel, annonçant un plus mauvais temps pour le lendemain.

    -Nous devons rester vigilants. Nous devons ouvrir l'oeil... ils sont partout, ils nous surveillent. Leur ombre nous menace et nous entraine indéniablement vers... les ténèbres. Nous devons résister... ou mourir.

    Cette dernière phrase fut dite dans un murmure presque inaudible et d'une telle façon qu'on aurait dit qu'un dément l'avait prononcée... Le professeur Taylor était-il encore sain d'esprit ? L'avait-il seulement était un jour ? Peut-être... il y a bien longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 58
Age du Perso : 16 ans
Maison : Poufsouffle
Année : 6ème année
Animal de compagnie : Max & Steve !


Plus...
Relations amicales et neutres:
Relations hostiles:

MessageSujet: Re: Need to talk. [Liam]   Mer 26 Aoû - 13:27

    Décidément, c'était un tout autre jour pour la jeune Caliope. Elle s'était levée du pied gauche, et superstitieuse, elle sentait la journée partir en vrille. Mais tout ces aveux, toute cette narration, n'était pas ce qu'elle pensait entendre. Tout cela semblait si dramatique, si obscur. Tout cela semblait bel et bien irréel, alors que pouvait-on croire quant à la menace extérieure ? Liam Taylor, assit dans son fauteuil, racontait cette histoire comme s'il surgissait d'outre-tombe. Elle ne trouvait même plus l'occasion d'avoir un sourire sur son visage. Elle était désarmée à son tour, aujourd'hui. Elle fixait ses pieds en écoutant tout ce qu'il avait à lui raconter. Et pour la première fois de sa vie, la fillette semblait émerger de son brouillard voilant, pour découvrir enfin toute la vérité sur ce monde. Ce monde, haut en couleur, paraissait si pâle au dehors quand elle jeta un coup d'œil à l'extérieur. Voldemort n'avait pas simplement tué, il avait massacré un monde si bien bâti, dans le respect du Code de la Sorcellerie. Les autorités Moldues elle même avaient dues se douter qu'un danger menaçaient. Malheureusement, eux ne pouvaient rien faire de plus, étant ignorant et moins puissant que Lord Voldemort. Harry Potter avait été le rempart à cette agitation macabre, et Caliope ressentit alors un élan d'admiration. On adulte toujours les héros pour leur nom, et leur gloire dont on parle. Mais le détails des évènements permet de mieux comprendre à quel point ce Harry Potter, au même âge que Caliope, avait tout détruit. D'autre part, n'oublions pas les résistants purs et durs. Un éclat brilla dans les yeux de Caliope quand elle se rendit compte qu'en face d'elle, se trouvait un homme convaincu de ses opinions. « Nous devons résister... ou mourir. » dit-il en guise de conclusion. Il énonça une vérité tellement belle et à la fois cruelle, que Caliope ressentit son cœur faire un bon dans sa gorge. Il ne restait plus qu'à savoir, si oui, ou non cette "Descendante" existait. Prions pour une réponse négative, pensa-t-elle, au fond de ses idées sombres. En une fraction de seconde elle se projeta dans l'avenir, là où il faudrait se battre une fois de plus. Et cette mascarade, pour combien de temps encore ? Elle se leva doucement de son fauteuil, mais n'osait même plus regarder son professeur. Il semblait dans ses songes, perdu au loin, tiraillé... Le remord commençait à la ronger.

    « Je suis désolée... j'aurais... J'aurais pas du demander tout ça. » Elle se tortilla les doigts et regarda ses pieds, honteuse d'avoir demandé tant de justification. Elle avait l'impression de n'avoir fait que remuer le couteau dans la plaie. Elle n'avait jamais eu beaucoup de tact, en fait. Secouant la tête, elle s'orienta vers le bureau, sans savoir que la suite des évènements allaient peut-être être encore plus désespérante que ce qu'il s'était produit jusqu'alors. Elle posa sa main sur le bureau, avait de s'y appuyer. Sa main glissa sur une feuille qui tomba par terre. C'était la lettre que le professeur serrait si fort, on voyait encore les marques sur le bout de papier légèrement chiffonné. Elle ramassa le papier. Détentrice malchanceuse du caractère de la curiosité, elle se vit forcé de lire quelque bribes de mots tout en remettant la lettre sur le bureau. C'était une écriture de femme, elle semblait lui reprocher quelques chose. Les mots semblait ordurier sous l'écriture si ronde et douce. Une fillette était remise en question dans la lettre. Au bas du parchemin, l'encre était délavée sous quelques gouttes d'eau... Le fauteuil du professeur tournait le dos au bureau, le Professeur Taylor n'avait donc pas vu Caliope prendre la feuille et la parcourir des yeux si impoliment. Elle reposa la lettre vite fait, ne voulant pas en lire plus, mais en ayant compris déjà bien plus qu'elle n'aurait pensé. Un silence s'en suivit, elle regardait le dossier du fauteuil, le regard triste.

    « Est ce que tout va bien professeur? » demanda-t-elle, la voix éteinte et chargée de tristesse. Elle voulait qu'il parle, qu'il explique tout. Elle voulait l'aider, comme lui l'avait fait en éclairant ses connaissances maigrelettes. Pouvait-elle seulement aider un homme en proie à une situation infernale ? Alors qu'elle même jugeait le fait de faire ses devoirs complètement atroce et cruel...

_________________

« Les gens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux... » Alphonse Allais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Professeur de Quidditch

Messages : 100
Age du Perso : 32 ans
Baguette : 28.3 cm ; bois d'ébène, plume d'hypogriffe
Emploi/Fonction : Professeur de Quidditch
Animal de compagnie : aucun


Plus...
Relations amicales et neutres:
Relations hostiles:

MessageSujet: Re: Need to talk. [Liam]   Mer 26 Aoû - 14:37

    L'atmosphère était pesante, lourde, comme si un orage se préparait. Mais était-ce seulement dû au temps dehors, ou bien l'ambiance dans le bureau de Liam et les questions qu'avait posé Caliope, engendrant des réponses plus que macabres, ramenant à la surface de durs souvenirs ? Liam s'était rassis dans son fauteuil, tourné vers la fenêtre et observait le terrain de quidditch. Il n'avait qu'une envie : enfourcher son balai et s'envoler haut, pour oublier tous ces soucis, tous ses souvenirs qui l'avaient soudain envahit. Il sentit qu'on bougeait derrière lui, Caliope s'était levée de son fauteuil à son tour et s'était rapprochée du bureau. Le professeur n'y prêta pas attention, se demandant encore si les minutes passées n'avaient été qu'un cauchemar ou bien la réalité.

    « Je suis désolée... j'aurais... J'aurais pas du demander tout ça. »

    Et pourtant Liam n'en voulait pas à la jeune fille d'avoir posé des questions. Après tout, elle avait seulement émis le besoin de savoir, peut-être un peu trop curieuse, ou juste un peu plus que ses camarades, un peu plus prématurément du moins. Et il n'avait pas regretté lui avoir apporté des réponses, ou du moins, un semblant de réponses. Cependant, il n'avait pas révélé le quart de ce qui c'était passé, de tout ce qui était arrivé, ni à lui, ni à Harry Potter, ni aux professeurs de Poudlard, aux différentes familles de sorciers, de moldus... Il serra les dents plus fort, retenant une vague de colère l'envahir. Il aurait aimé hurler sa douleur, et pour cela, voler sur un balai avait ses avantages...

    « Est ce que tout va bien professeur? »

    Il inspira profondément, pour tenter de se calmer et se retourna vers la jeune fille. Elle était penchée sur le bureau et l'observait. Son sourire, son air innocent avaient disparu. Ne restait qu'une jeune fille effrayée, apeurée, mais respectueuse de la mémoire de ceux envers qui nous étions redevable...

    -Ca va, Caliope. C'est juste que...

    Son regard se posa sur la lettre. Pourquoi était-elle sur le bureau, devant Caliope et non plus dans son tiroir ? Il ne se souvenait plus l'avoir sorti un peu plus tôt dans la discussion, et avoir oublié de la ranger. C'était devenu un geste presque automatique, une rengaine sans cesse répétée, jamais il n'avait oublié de la couvrir du regard des autres. Personne ne devait savoir. Personne ne devait être au courant de cet évènement. Il en avait honte... Et sans prévenir, il se leva de son bureau, une lueur de rage dans le regard. Elle avait lu la lettre...

    -Espèce de petite idiote ! Tu ne respectes donc rien ? Je ne t'ai pas autorisé à lire cette lettre. Cela ne te regarde pas. Cela ne regarde personne ! Commença-t-il à crier en rangeant le papier froissé dans son précieux tiroir. Tu ne sais rien. Tu ne veux rien savoir. Tu veux seulement satisfaire une curiosité malsaine et mal placée. C'est comme ça que tu remercie ton professeur ? Tu es comme tous les autres, tu ne vaux pas mieux ! Sors d'ici ! DEHORS ! Hurla-t-il en désignant la porte.

    La colère, la haine, la rage... c'était tout ce qui restait du joyeux et excentrique professeur Taylor. Les yeux injectés de sang, les mains secouées de tremblements, le rouge au visage, il ne se contrôlait plus. Mais avant que Caliope ne fasse le moindre geste en direction de la porte ou donne le signe d'une toute autre réaction, Liam sembla suffoquer, baissa le doigt provocateur qui désignait la porte et s'affala dans son fauteuil, le regard vide. C'est d'une voix lasse et presque inaudible qu'il reprit.


    -Qu'est-ce que... qu'est-ce qui m'arrive ? Caliope ? Je suis... pardonne-moi. Je ne voulais pas. Je suis tellement désolé...

    Il se leva et contourna de nouveau son bureau pour s'approcher de la jeune fille, mais il hésita une seconde, se rendant compte de l'horreur de la situation. Pendant une seconde, il avait eu... des envie de meurtre. Etait-il du côté du mal lui aussi ? Avait-il était entrainé contre sa volonté ? Etait-il contrôlé par une quelconque force maléfique ?

    -Je suis désolé... je ne voulais pas...

    Furent les seuls mots qu'il parvint à articuler pour tenter de se justifier aux yeux de la jeune fille. Il ne voulait pas qu'elle parte. Il n'avait pas voulu l'effrayer encore d'avantage. C'était sorti tout seul, sans prévenir, tel un démon de sa boîte... Etait-il en train de perdre la raison ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 58
Age du Perso : 16 ans
Maison : Poufsouffle
Année : 6ème année
Animal de compagnie : Max & Steve !


Plus...
Relations amicales et neutres:
Relations hostiles:

MessageSujet: Re: Need to talk. [Liam]   Mer 26 Aoû - 18:09

    Caliope s'inquiétait, et elle n'avait pas tout à fait tort. La curiosité à ça de mauvais, c'est que les affaires sont toujours indiscrètement pillées. Mais elle a ça de bon, détecter les petits trucs qui clochaient chez les uns et chez les autres. Ca va, Caliope. C'est juste que... répondit-il, s'interrompant en perdant son regard sur la lettre qu'elle avait soigneusement reposée sur le bureau. Le regard du professeur s'assombrit d'un seul coup, et elle découvrit une part de lui toute nouvelle. Son air de chien battu s'intensifia au fur et à mesure des paroles de Liam. Elle reculait, en se dirigeant à pas effrayés vers la porte du bureau. Elle en fut blessée et se sentit minuscule. Le professeur vociféra à travers la pièce une insulte si simple, et pourtant si blessante. Elle baissa la tête vers le sol, honteuse. Comme une petite enfant que l'on gronde pour qu'elle ne recommence plus, elle était persuadée aujourd'hui qu'être trop curieuse, et fouiller par hasard n'était pas bon du tout. Elle ne disait rien, elle se sentait trop stupide pour répliquer. Elle avait tort, elle le savait. " Tu ne respectes donc rien ? Je ne t'ai pas autorisé à lire cette lettre. Cela ne te regarde pas. Cela ne regarde personne ! " Or, elle le respectait plus que tout au monde, simplement, un regard furtif sur un bout de parchemin semblait avoir tout entravé. Cela ne regarde personne... " Tu ne sais rien. Tu ne veux rien savoir. Tu veux seulement satisfaire une curiosité malsaine et mal placée. C'est comme ça que tu remercie ton professeur ? Tu es comme tous les autres, tu ne vaux pas mieux ! Sors d'ici ! DEHORS ! " Mais la colère qu'il enfouissait était trop grande pour que cela ne la regarde pas. Elle comprit qu'il était hors de lui. Trop hors de lui, trop loin de ce qu'il était. Elle releva enfin la tête pour lui faire face, mais sa haine avait disparu. Il était tombé dans le fauteuil, l'air évasif et complètement hébété. " Qu'est-ce que... qu'est-ce qui m'arrive ? Caliope ? Je suis... pardonne-moi. Je ne voulais pas. Je suis tellement désolé..." Elle ne répondit rien. Il se leva et s'approcha de la jeune fille, elle même ne comprenait plus rien. Elle restait plantée debout juste en face de lui, à quelques mètres de la porte.

    "Je suis désolé... je ne voulais pas..." disait-il dans un souffle confus. Caliope, impassible, reprenait son sang froid. Que faire, que dire dans ces cas là ? Professeur, c'est entièrement de ma faute vous aviez raison de me hurler dessus. Ou bien alors, Professeur, il faudrait que vous parliez ça grouille trop dans votre tête pour ne pas sortir. Ou faire comme les petites pestes de se monde, partir le nez en l'air, vexée et persuadée d'avoir eu raison de lire ce parchemin révélateur. Elle n'eut cependant aucun geste, elle regardait l'air désespérément vrai de son Professeur. Si cela ne tenait qu'à elle, elle l'aurait en ce moment même considéré comme un ami de son âge. Elle lui aurait pris les deux mains et l'aurait rassuré comme elle savait le faire. Mais là c'était différent, ce geste aurait été déplacé et mal vu par la plupart des gens. Elle avait face à elle une multitude de possibilité de réaction, mais elle n'en vit qu'une seule au final qui semblait plus adaptée à la situation. Alors, plantée debout comme un piquet, elle l'observait se calmer, réfléchir et fondre en excuse.

    « C'est moi qui suis désolée. Vous avez raison, je n'aurais pas du... » dit-elle d'un ton sans émotion. La scène virait peut-être au drame hollywoodien, ou je ne sais quoi. Mais il fallait résoudre ce problème imminent. Elle poursuivit. « Mais maintenant que je sais... Professeur... Il faut que vous en parliez. Vous êtes seul à ruminer quelque chose qui vous ronge. Je ne l'ai même pas remarqué en rentrant et je vous ai pourri les idées avec mes bêtises. » Elle avança d'un petit pas hésitant mais courageux après la tempête qu'elle venait de voir s'abattre dans le bureau. « À mon tour de vous aider, peut-être? » demanda-t-elle d'une toute petite voix timide, mais qui se voulait un brin réconfortante.

_________________

« Les gens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux... » Alphonse Allais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Professeur de Quidditch

Messages : 100
Age du Perso : 32 ans
Baguette : 28.3 cm ; bois d'ébène, plume d'hypogriffe
Emploi/Fonction : Professeur de Quidditch
Animal de compagnie : aucun


Plus...
Relations amicales et neutres:
Relations hostiles:

MessageSujet: Re: Need to talk. [Liam]   Mer 26 Aoû - 20:48

    Oui, ça devait être ça. Il était en train de devenir fou. Sinon comment expliquer cet accès de colère tout à coup ? Si ça se trouve Caliope n'avait même pas lu la lettre et ne savait peut-être rien encore. Si ça se trouve, elle n'était peut-être pas au courant de la rumeur... elle serait bien la seule dans ce cas-là. Liam se reprochait désormais son emportement. Caliope était une gentille fille, une élève studieuse bien qu'étourdie. Et au moins, elle montrait du respect pour ses camarades et ses professeurs. Elle ne méritait pas ça et Liam fut étonné de constater que malgré la frayeur qu'il lui avait faite, elle retrouvait son calme et se rapprochait de lui avec prudence.

    -... A mon tour de vous aider, peut-être ?

    Comment pouvait-elle l'aider ? Comment une gamine naïve de 17 ans pouvait aider un amant et père indigne de 32 ans ? Liam releva la tête et plongea son regard dans celui de l'élève. Il se sentit soudain faible face à l'innocence de la jeunesse, se souvenant de la sienne, bien des années en arrière, où il ne pensait que devenir un talentueux et reconnu joueur de quidditch. Son coeur se serra un peu plus, les larmes menaçaient encore au bord de ses yeux terreux débordant de chagrin. Elle lui proposait son aide. Mais c'était censé être l'inverse. Ce ne sont pas aux élèves d'aider les professeurs. Ce ne sont pas aux enfants d'aider les adultes. Il se redressa soudain, retrouvant une certaine dignité, toute trace de larmes envolée. Après tout, depuis le début, il avait été un prof non conventionnel, pourquoi en serait-il autrement en ce jour ?

    -Je ne sais pas trop... Commença-t-il. Lentement, il s'éloigna de Caliope et retourna s'asseoir dans un des fauteuils de la pièce. D'un coup de baguette il fit apparaître sur la petite table deux tasses et une théière.

    -Thé ? Proposa-t-il à la jeune fille. En fait, il avait envie d'une boisson beaucoup plus forte mais la dernière fois qu'il avait bu plus que de raison, il avait eu une liaison avec une mangemort et les conséquences le poursuivaient encore, six ans après. Il ne désirait pas refaire une autre erreur stupide... pour peu qu'une erreur puisse être intelligente.

    -D'accord. Continua-t-il en touillant son thé avec une petite cuillère après y avoir ajouté deux sucres. J'ignore de quelle façon tu pourrais m'aider mais si parler peut m'aider à ... et si tu es prête à entendre ça alors... Ok, c'est partit. Dit-il en prenant sa tasse et en s'adossant au fauteuil. Il y a six ans, ma soeur, Esther, a été enlevée, torturée et... tuée par un couple de mangemorts. Peu après, ils ont eu mes parents qui cherchaient à la venger. Ils étaient les derniers membres de ma famille et je me suis senti... seul en apprenant leur mort. Peu de temps après ça, je me suis noyé dans la boisson. Grave erreur. J'ai fait la rencontre d'une femme. Une femme sublime, avec de longs cheveux blonds, un regard à tuer et... je me souviens pas de toute la soirée mais je me souviens que j'ai atterrit chez elle... Il s'est passé ce qui devait se passer et... pendant la soirée, elle m'a avoué être une mangemort. J'avais retrouvé assez de lucidité pour me rendre compte dans quoi je m'étais embarqué. Je suis parti sans penser aux conséquences...

    Le professeur se tut pendant quelques minutes, sirotant son thé qui semblait le réchauffer, lui apportant un certain réconfort. Prenant soudain conscience qu'il en oubliait la présence de Caliope, il sursauta légèrement et entreprit de continuer sa mésaventure. Le pire restait à venir.

    -En rentrant chez moi, je me suis empressé d'oublier cette soirée... qui, au passage, avait été mémorable. La meilleure soirée de ma vie depuis bien longtemps. Enfin bref, je suis repartit travailler comme si de rien n'était et tout était à peu près normal pendant un an. Jusqu'au jour où un hibou m'a apporté une lettre. Sur l'enveloppe, une écriture fine, penchée et agréable, celle d'une femme. Tu commences à me connaître maintenant, l'idée d'avoir une admiratrice secrète était pour le moins réjouissant. Mais lorsque j'ai lu le contenu de la lettre, mes espoirs se sont envolés. Ceux-là en tout cas, pour en nourrir d'autres. Meredith, la mangemort avec qui j'avais eu une aventure, m'écrivait pour m'insulter, me reprocher de l'avoir abandonner à son sort avec... une petite fille sur les bras. Tout ce que je sais d'elle c'est qu'elle s'appelle Rachel, et qu'elle a cinq ans et demi, presque six.

    Voilà, le pire était passé. Maintenant, arriverait-il à formuler ce qui lui pesait sur le coeur ? A révéler à une jeune fille qui n'était pas plus qu'une de ses élèves, ses craintes, ses espoirs envers cette petite fille dont il ignorait tout, jusqu'à ce à quoi elle ressemblait ?

    -J'ai... j'aimerai tellement la voir, la rencontrer. Elle me manque, alors que je ne l'ai jamais vu. Et elle va grandir du mauvais côté de la barrière... je crois... je crois que tout ce que je cherche c'est la retrouver et l'emmener avec moi, pour l'élever dans le camp du bien, pas celui des mangemorts, pour qu'elle devienne une jeune fille magnifique, altruiste et une grande sorcière...


    C'était fait. Ou plutôt c'était dit. Mais pas tout, il le savait. Il y avait certaines choses qu'il ne pouvait pas révéler à Caliope, certaines choses qui ne regardaient pas une jeune fille de son âge, surtout quand elle est presqu'une inconnue... bien que dans le coeur de Liam, tous ses élèves avaient leurs place, en tant qu'amis. Peut-être que Caliope serait plus qu'une amie après cela. Une confidente... Pour tout dire, il la voyait en ce moment plus comme ça petite soeur disparue. Il retrouvait Esther dans ce regard empli d'innocence et de crainte à la fois. Les deux jeunes filles se ressemblaient tellement du point de vue du caractère que Liam en fut troublé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 58
Age du Perso : 16 ans
Maison : Poufsouffle
Année : 6ème année
Animal de compagnie : Max & Steve !


Plus...
Relations amicales et neutres:
Relations hostiles:

MessageSujet: Re: Need to talk. [Liam]   Mer 26 Aoû - 21:28

    La tirade fut presque aussi longue que la précédente, mais Caliope fut ravie de voir qu’une confiance mutuelle s’installait. Il lui raconta tout sur tout, elle n’était plus sûre de pouvoir l’aider, c’était vrai. Car que peut faire une élève en apprentissage face à une mangemorts réclamant son du ? L’affaire était corsée. Mais Caliope se trouva nettement satisfaite d’avoir libérée Liam d’un poids qui lui pesait sur la conscience. Elle s’assit, refusant la tasse de thé. D’origine étrangère à l’Angleterre, elle avait toujours détesté ce petit moment anglais où il fallait s’asseoir, raconter sa vie autour de gâteaux secs et d’une tasse de thé. Elle aurait préféré une bonne glace, mais enfin, c’était tout de même très sympathique de la part du professeur. Elle se pencha sur le bord du siège, croisant ses deux bras sur un même accoudoir, en la jouant adulte. Ça ne lui allait pas très bien pour tout dire, car son air enfantin prenait le dessus. Elle l’écouta patiemment, sans l’interrompre. Ce qu’elle avait parcouru de la lettre se révéla exact, cela parlait d’une petite fille débattu entre deux camps. Liam avait donc une petite fille, maintenant, une certaine Rachel, dont la mère faisait parti du camp adverse. Ce n’est que quand le professeur révéla ses désirs les plus profond, que Caliope se sentit immédiatement comme en phase, et totalement proche de lui. Il lui avoua qu’il voulait la voir, cette petite. Qu’elle lui manquait sans qu’il l’ait vu. Était-ce seulement réalisable ?

    Elle se rassit convenablement dans son fauteuil, en courbant son dos qui la faisait souffrir quelque peu. Elle réfléchit pendant un moment dans son fauteuil, tandis que le professeur la dévisageait. Elle ne le regardait plus, mais lui voyait en elle une sorte de réincarnation de sa sœur. Caliope avait compris le désir de Liam de revoir sa fille, et dans un élan de compassion, elle se vit partir à l’aventure pour retrouver cette fillette tiraillée. Elle eut un faible sourire, sachant que ça ne se réaliserait pas. L’aventure était toujours tentante pour elle, mais se retrouver face à une horde de mangemorts furax, c’était un bon remède aux envies de devenir Indiana Jones. Elle se redressa à nouveau pour faire face au professeur qui la fixait toujours, l’air un peu perturbé. Il se ressaisit en écoutant Caliope parler.

    « Je suis persuadée qu’il existe un moyen de ramener votre fille… Je ne m’y connais pas vraiment en kidnapping, mais il faudrait tout de même éviter d’avoir une future mangemort de plus sur les bras, on a déjà du soucis à se faire avec la gosse de Vous Savez Qui ! L’Ordre peut bien faire quelque chose non ? Vous en avez parlé avec quelqu’un d’autre pour essayer de vous faire aider ? » Elle lui lança son premier sourire depuis quelques minutes. Elle voulait aider, mais ne pouvait que prodiguer quelques conseils… Des conseils qu’il avait sans aucun doute du ruminer jusqu’à entendre Caliope les prononcer. Elle se sentit un peu inutile, mais resta optimiste et souriante.

    « Il manquerait plus que la fille de papa Voldemort ait un bambin à son tour ! » s’exclama-t-elle soudainement, l’idée lui avait traversé l’esprit subitement. « Voldemort le retour : le retour » serait très difficile à avaler. « Évitez de la croiser dans un bar celle là, hein ? » lança-t-elle, avec un petit clin d’œil et un petit rire, pour détendre l’atmosphère. C’était un peu mal placé, c‘est vrai. Mais bon, quand l’humour est un bon moyen de défense face à une vérité obscure, Caliope aimait bien s’en servir. Le voile sur le monde restait toujours présent.

    « Je souhaiterais tellement vous aider d'avantage, Professeur… Je ne me sens pas si utile en fin de compte… » dit-elle enfin, ayant repris son sérieux. C’est vrai, il l’avait écouté dans ses pires moments d’adolescente perturbée. Ca ne l’intéressait pas plus que ça, en plus, alors elle voulait lui renvoyer l’ascenseur. Mais elle n’avait que 16 ans, presque 17, et son soucis majeur était d’accumuler des connaissances pour ses ASPIC. Était-il raisonnable de s’occuper d’un problème d’adulte ? Peut-être qu’il était enfin temps de grandir un peu… Elle voulait se sentir utile, après avoir vu jusqu’ici qu’un simple enchaînement de farces avec ses deux amis loufoques de Poufsouffle. Tout cela menait très loin, d’aborder des sujets délicats avec les grands. Bienvenue dans le monde des adultes ? Le pas était énorme, et elle hésitait encore…

_________________

« Les gens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux... » Alphonse Allais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Professeur de Quidditch

Messages : 100
Age du Perso : 32 ans
Baguette : 28.3 cm ; bois d'ébène, plume d'hypogriffe
Emploi/Fonction : Professeur de Quidditch
Animal de compagnie : aucun


Plus...
Relations amicales et neutres:
Relations hostiles:

MessageSujet: Re: Need to talk. [Liam]   Ven 28 Aoû - 18:33

An Answer Through The Fog


    Caliope refusa le thé que lui offrait Liam. Comment pouvait-elle ne pas aimer le thé... ? Se demanda Liam avant de se souvenir qu'avec un prénom tel que celui-là, on ne pouvait pas être anglaise d'origine. Caliope était d'origine grecque et il se souvint de cela en faisant disparaître la théière et les sucres d'un nouveau coup de baguette. Elle l'avait écouté avec attention et Liam put lire dans le regard de la jeune fille que celle-ci se rendait compte qu'elle ne pouvait effectivement pas l'aider. Mais ça ne l'empêcha pas de donner son avis sur la question.

    "Je suis persuadée qu’il existe un moyen de ramener votre fille… Je ne m’y connais pas vraiment en kidnapping, mais il faudrait tout de même éviter d’avoir une future mangemort de plus sur les bras, on a déjà du soucis à se faire avec la gosse de Vous Savez Qui ! L’Ordre peut bien faire quelque chose non ? Vous en avez parlé avec quelqu’un d’autre pour essayer de vous faire aider ?"


    Il n'en avait parlé à personne non, trop honteux de s'être laissé séduire par une mangemort et d'en plus lui avoir donné une descendance ! Il ignorait comment aborder le sujet avec ses collègues de l'ordre du phénix, et les professeurs, s'ils étaient au courant, à Poudlard, n'osait aborder le sujet, et ne regardaient pas Liam dans les yeux dès qu'on approchait le sujet sensibles des enfants. Cependant avant qu'il ai pu répondre à sa question, Caliope s'exclama soudain :

    "Il manquerait plus que la fille de papa Voldemort ait un bambin à son tour !... Évitez de la croiser dans un bar celle là, hein ?"

    En entendant ces mots, Liam ne pu s'empêcher d'éclater de rire. Il mit même plusieurs minutes avant de pouvoir reprendre son souffle et se calmer. Il reprit son sérieux et regarda de nouveau la jeune fille.

    "Je souhaiterais tellement vous aider d'avantage, Professeur… Je ne me sens pas si utile en fin de compte…"

    Liam fit disparaître sa tasse de thé puis se pencha, les avant-bras reposant sur les genoux et il fixait Caliope, son air déprimé, ses larmes, son désespoir, envolé... un peu éloigné du moins. Il sourit à Caliope et dit :

    -Caliope... Tu n'es qu'une jeune fille de 16 ans... comment pourrais-tu m'aider plus que ce que tu viens de faire ? Tu ne t'en ai peut-être pas rendue compte, mais tu viens de m'aider, à l'instant, lorsque j'ai rit. Cela ne m'étais plus arrivé depuis longtemps, de rire ainsi, sincèrement, de ma propre bêtise... et ça fait du bien... Merci. Ajouta-t-il après quelques secondes.

    Il se leva, alla ranger la lettre de Meredith dans son tiroir et s'assit sur le bureau, face à Caliope.


    -Tout ce dont tu dois te préoccuper pour le moment, et qui est à ta portée, ce sont tes cours, tes révisions, tes examens. Tu dois prendre soin de ta famille, tes amis. C'est tout ce qui compte. Profitons-en tant qu'on les a.

    Il souriait. Liam Rex Taylor était revenu, juste par la magie d'un rire, le regard innocent d'une gamine, le souvenir d'un être aimé.


    -De mon côté, je ne sais pas ce que je ferai pour ma fille... Je vais... essayer de contacter Meredith. Il faut que je vois avec un de mes collègues... peut-être trouverons-nous une solution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 58
Age du Perso : 16 ans
Maison : Poufsouffle
Année : 6ème année
Animal de compagnie : Max & Steve !


Plus...
Relations amicales et neutres:
Relations hostiles:

MessageSujet: Re: Need to talk. [Liam]   Mer 2 Sep - 19:02

    Depuis près d'une demie heure, l'ambiance pesante qui virevoltait au dessus de l'élève et du professeur se désintégra progressivement. Elle fit une plaisanterie de mauvais goût, assez mal placé vu la situation, mais qui malgré l'impolitesse de la blague, arracha un rire à son destinataire. Caliope sourit, soulagée. Il aurait très bien pu la mettre à la porte pour insulte en vers son professeur. Ou bien pour son humour noir et décalé. Quoique. Le décalage n'existait pas que dans la tête de la blondinette, Liam aussi était bon public et avait de l'humour. Il prenait sur lui et rigolait de son erreur, qu'il qualifiait de bétise. Elle avait accompli là la destinée manifeste de tout les comédiens, redonner un sourire éclatant de bonheur à ceux qui croyait broyer du noir. Elle ne comprenait pas comment cela pouvait faire autant de bien, car le problème persistait. Mais y faire face avec humour, c'était toujours mieux que d'en pleurer. Elle se rappela de cette boutique sur le Chemin de Traverse, subitement. Elle était tenue par un des Weasley, une grande famille de sorcier. Son propre frère jumeaux avait été malheureusement assassiné lorsque la bataille de Poudlard eu lieu. Les Jumeaux Weasley tenait un magasin de farces et attrapes où Max, Steve et elle allait s'approvisionner pour leurs imbécilités. Ce George Weasley avait perdu son âme siamoise... Et pourtant il en rigolait, disant que son frère n'aurait pas aimé que la mort l'empêche de rire à tout jamais. Alors qui sait, peut-être que même dans la pire des douleurs un simple sourire peut tout améliorer. Sur cette intense réflexion, Caliope décida d'écouter son professeur la remercier pour tout ça. Pour avoir parlé et pour avoir arraché un sourire franc.

    Caliope... Tu n'es qu'une jeune fille de 16 ans... comment pourrais-tu m'aider plus que ce que tu viens de faire ? Tu ne t'en ai peut-être pas rendue compte, mais tu viens de m'aider, à l'instant, lorsque j'ai rit. Cela ne m'étais plus arrivé depuis longtemps, de rire ainsi, sincèrement, de ma propre bêtise... et ça fait du bien... Merci, dit-il. Elle haussa les épaules, mi fière, mi décontenancée par la simplicité du remède apporté. Tout ce dont tu dois te préoccuper pour le moment, et qui est à ta portée, ce sont tes cours, tes révisions, tes examens. Tu dois prendre soin de ta famille, tes amis. C'est tout ce qui compte. Profitons-en tant qu'on les a. Elle approuva d'un signe de tête, les examens approchaient. Quelle horreur.

    Les amis, la famille à la limite je peux très bien m'en occuper, mais je vous promet pas des miracles sur les cours et le reste...
    dit-elle à mi voix, un sourire en coin, songeant déjà à la prochaine connerie à faire en plein milieu de la salle d'examen. De mon côté, je ne sais pas ce que je ferai pour ma fille... Je vais... essayer de contacter Meredith. Il faut que je vois avec un de mes collègues... peut-être trouverons-nous une solution, poursuivit le professeur. Elle hocha la tête, souriante comme à son habitude. Un petit silence relaxant s'installa. Ce silence était beaucoup plus sympathique que les lourds blancs qui étaient passé par là à plusieurs reprises au cours de la conversation.

    Professeur, si vous trouvez votre fille, vous me le direz, pas vrai ? Je peux faire du babysitting, même ! Je demande pas beaucoup d'argent en compensation ! Une petite plaisanterie qui, peut-être, projetterait le professeur dans un rêve de famille plutôt réconfortant. Si il trouvait sa fille, il aurait le temps de vivre une vie de famille paisible et la protègerait. Il se donnerait peut-être une deuxième chance avec la vie en famille. Par les temps qui cours, il ne reste plus qu'à oser tout et n'importe quoi pour se rendre heureux.

_________________

« Les gens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux... » Alphonse Allais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Professeur de Quidditch

Messages : 100
Age du Perso : 32 ans
Baguette : 28.3 cm ; bois d'ébène, plume d'hypogriffe
Emploi/Fonction : Professeur de Quidditch
Animal de compagnie : aucun


Plus...
Relations amicales et neutres:
Relations hostiles:

MessageSujet: Re: Need to talk. [Liam]   Sam 5 Sep - 15:04

    Envolée l'ambiance morbide, la tristesse. Partis les nuages, les ténèbres. La bruine britannique avait fait place à un soleil radieux. Quelques élèves s'aventuraient à nouveau au-dehors, comme un peu plus tôt. Certains avaient sortis leurs balais et volaient au-dessus du terrain de quidditch. Liam s'était à nouveau levé, et les observaient par la fenêtre avide de la sensation si familière, si réconfortante. Un sourire sur ses lèvres, semblait ne plus pouvoir se décrocher. Son coeur battait la chamade à l'idée de sortir à son tour dans quelques minutes, sans même prévenir Caliope, lui faire une bonne frayeur, en volant dans la pièce avant de s'envoler par la fenêtre pour partir loin, haut au-dessus du château et faire la courses avec les nuages, avec les autres élèves, pourquoi pas. Il ouvrit la fenêtre et laissa l'air frais s'engouffrer dans la pièce, fermant les yeux pour mieux apprécier les effluves humides de l'herbe en bas.

    Il se tourna vers la jeune fille, les yeux pétillants d'une ânerie qui lui passait par la tête, comme le gamin qu'il était resté, pour ne pas succomber à la folie.


    -Je t'en donne ma parole, Caliope. Quand je retrouverai ma fille, tu seras la première au courant.
    Dit-il en lui lançant un clin d'oeil. Mais je doute qu'elle aura besoin de baby-sitter... ça dépend le temps que je mets pour la retrouver. Et peut-être qu'elle ne sera pas d'accord pour venir avec moi, pour rester en présence de sorciers... biens. Mais on verra ça en temps voulu. Et si tu dois devenir sa baby-siiter attitrée, l'argent ne sera pas un problème... à la mort de mes parents, j'ai hérité d'une grande fortune.

    Sur ce, et sans prévenir, il fondit sur une armoire derrière son bureau, en sortit un balai rutilent, flambant neuf - du moins, c'était l'impression qu'il donnait -, il sauta dessus d'un bond et fit le tour de la pièce volant autour de Caliope, soulevant ses cheveux par la même occasion, lui déposa un rapide baiser sur la joue, puis il disparut par la fenêtre dans un rire explosif en direction du terrain de quidditch où on entendait déjà les acclamations des autres élèves en bas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



» Contenu sponsorisé «



MessageSujet: Re: Need to talk. [Liam]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Need to talk. [Liam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.Riddle's Revival. :: Poudlard :: 
Les Bureaux
 :: Bureau du Professeur de Quidditch
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit